Projet de recherche sur les impacts du secteur extractif sur le développement

Partenaires

Financé par le R4D – the Swiss Agency for Development and Cooperation (SDC) & the Swiss National Science Foundation (SNSF)

Contexte

L’exploitation des ressources naturelles (pétrole, gaz et produits minéraux) par l’industrie extractive contribue de manière significative à l’accroissement des revenus publics d’un nombre important de pays en voie de développement. Toutefois, dans de nombreux cas, les communautés riveraines impactées par la présence des sites pétroliers et miniers subissent les externalités négatives de l’exploitation des ressources naturelles, sans pour autant ressentir les effets de levier positifs sur le développement local. Dans beaucoup de cas, cette situation contribue à l’émergence de tensions et conflits. Ces différends sont renforcés par les asymétries d’information entre les entreprises extractives, les organismes gouvernementaux, la population et les acteurs de la société civile.

Une façon d’éclairer ces débats sur l’activité extractive et de promouvoir un développement positif est de rendre publiques des données indépendantes sur les effets sociaux, économiques, environnementaux et institutionnels de l’extraction des ressources naturelles dans les régions productrices. Une telle base de données détaillée n’existe pas à ce jour dans la plupart des régions et, même lorsque ces données sont collectées, elles ne sont ni rendues accessibles au public, ni systématisées pour permettre aux différentes parties prenantes d’établir un dialogue plus nuancé sur l’impact des activités extractives sur le développement.

Objectifs du projet et résultats attendus

Dans l’optique de mieux comprendre les effets de l’extraction de matières premières sur le développement local, ce projet de recherche visait à développer un cadre théorique et une méthodologie pour la collecte et l’analyse de données, permettant ainsi un suivi continu des impacts économiques, sociaux, environnementaux et institutionnels des activités extractives au niveau local.

Une application mobile et un logiciel en ligne, le « Resource Impact Dashboard » (RID), ont été développés sur la base de cette méthodologie et utilisés comme outils pour la collecte, l’analyse et le suivi des données. Ce tableau de bord (RID) est doté de plusieurs fonctionnalités :

  • Le RID supporte la collecte et le traitement de données primaires et secondaires en utilisant des dispositifs mobiles en combinaison avec une plate-forme en ligne de type « cloud »
  • Le RID propose la visualisation des résultats de manière transparente et accessible au public. Il tient ainsi lieu d’outil de suivi régulier rendant les tendances de développement plus visibles et facilitant les prises de décisions au niveau des politiques publiques

À la fin du projet de recherche, le logiciel RID sera hébergé par une institution appropriée. Il sera mis à la disposition des utilisateurs tiers pour l’application dans d’autres projets d’extraction. Ainsi, en rendant publiques les données d’une manière régulière également pour d’autres pays et régions, ce tableau de bord en ligne permettra d’éclairer la question de la contribution réelle et à long terme du secteur extractif sur le développement durable local et sur la réduction de la pauvreté.

Processus de recherche

Afin d’atteindre l’objectif principal, cinq étapes ont été définies :

  1. Développer un cadre méthodologique et un processus de collecte de données pour surveiller et évaluer l’impact de l’extraction des ressources sur le développement social, économique et environnemental au fil du temps
  2. Test sur le terrain du cadre méthodologique dans des zones extractives au Mozambique et au Burkina Faso, dans deux sites miniers pour chaque pays
  3. Revue de la méthodologie et deuxième vague de tests sur le terrain
  4. Transformer le cadre en une plate-forme de technologie mobile qui prend en charge la collecte des données, le traitement et la visualisation des résultats
  5. Diffusion du cadre et promotion de la plate-forme en ligne à d’autres pays riches en ressources, à la communauté scientifique, aux communautés et aux institutions nationales concernées

Terrain

La méthodologie RID a été testée dans des conditions réelles sur :

  • Deux sites d’extraction au Burkina Faso
  • Deux sites d’extraction au Mozambique

Ces deux pays sont devenus des économies dépendant des ressources naturelles durant la dernière décennie, et sont des pays prioritaires pour la Natural Resource Governance Initiative de la Swiss Agency for Development and Cooperation (SDC).

Institutions partenaires et équipe du projet

Ce projet de recherche est un effort interdisciplinaire entre des Universités suisses et des institutions de recherche basées au Mozambique et au Burkina Faso. L’équipe principale du projet se compose des équipes suivantes :

  • ETH Zurich, Suisse, Centre pour le développement et la coopération Nadel, Dr. Fritz Brugger, Selina Bezzola
  • Université de Berne, Suisse, Centre de recherche pour la durabilité numérique, Dr. Matthias Stürmer
  • IFSRA (Institute For Social Research in Africa), Burkina Faso, Dr. Peter Hochet, Dr. Pascal Rey
  • Université Lurio, Nampula, Mozambique, Prof. Dr. João Salavessa, Rite Mabunda

L’équipe de projet plus large est composée d’experts des institutions de recherche suivantes :

  • Institut des hautes études internationales et du développement à Genève (IHEID), Suisse, Prof. Gilles Carbonnier
  • Institut canadien des ressources internationales et du développement (CIRDI), Canada, David Parker